top of page

Gérer les impôts d’un canton qu’on a fiscalement fui ? #DittliDémission !



La Jeunesse socialiste vaudoise (JSV) exprime son indignation face aux révélations de la RTS sur la situation fiscale de la conseillère d’Etat Valérie Dittli et demande dès à présent sa démission.


Vendredi soir, la JSV a pris connaissance avec indignation des révélations de la RTS, affirmant que la conseillère d’Etat vaudoise chargée des finances, Valérie Dittli, n’a jamais payé d’impôts dans le canton. Plus encore : Mme Dittli aurait, toujours selon la RTS, économisé jusqu’à 20’000 francs grâce à ses micmacs fiscaux. Si nous ne lui reprochons pas d’avoir gardé son domicile fiscal dans son canton d’origine le temps de ses études, il est nécessaire de rappeler que la conseillère d’Etat a été engagée en 2016 comme assistante-doctorante en droit à l’Université de Lausanne. En s’installant à Lausanne, Mme Dittli n’était donc pas étudiante et aurait dû payer ses impôts dans le canton de Vaud !


S’engager en politique, qui plus est en tant que présidente d’un parti cantonal, nécessite une certaine exemplarité. Ainsi, les allers-retours incessants de Mme Dittli entre Oberägeri et Lausanne au gré des actualités politiques témoignent de son opportunisme politique et de son égoïsme fiscal. En revenant s’installer dans le canton de Zoug après sa candidature aux élections municipales lausannoises en 2021, la conseillère d’Etat a commis une faute grave qu’il faut souligner : en restant engagée politiquement en terres vaudoises, en qualité de présidente cantonale du Centre, il aurait été bien plus logique et convenant de garder son domicile à Lausanne, afin de demeurer une citoyenne vaudoise à part entière. Ce n’est donc que par pur tourisme fiscal que Mme Dittli est retournée à Oberägeri !


Fuir fiscalement le canton dans lequel on décide de s’engager politiquement n’est pas digne d’une conseillère d’Etat, qui plus est en tant que ministre des finances ! En raison de cette faute grave, la JSV demande donc à Valérie Dittli de démissionner de son poste et de permettre à la population vaudoise d’élire son successeur ou sa successeuse en toute connaissance de cause.


Contacts :


Nicolas Schnorhk

Porte-parole

078 857 18 86


Simon Schönmann

Secrétaire

079 501 94 21




156 vues0 commentaire

Comments


bottom of page