top of page

Lancement de la pétition « Une solution : la démission ! » 

Trop, c’est trop ! Après la non-indexation des salaires de la fonction publique et parapublique et les diverses révélations entachant la conseillère d’Etat Valérie Dittli, la Jeunesse socialiste vaudoise (JSV) lance aujourd’hui une pétition réclamant sa démission.


Pas une semaine ne passe sans que de nouvelles révélations ne viennent émailler la légitimité de Valérie Dittli à son poste de conseillère d’Etat chargée des finances. Après avoir appris qu’elle n’avait, jusqu’à présent, jamais payé ses impôts dans le canton de Vaud, malgré un domicile déposé à Lausanne pendant quelques mois, en 2021, au gré des échéances électorales, nous apprenions la semaine dernière qu’elle revendique, sans avoir le droit de le faire, un titre de docteure en droit puis qu’elle n’avait pas respecté les statuts de son parti, qu’elle avait pourtant elle-même participé à écrire. Rappelons également que, si toutes ces révélations ne sont pas toutes de même importance, c’est Mme Dittli, en tant que ministre des finances, qui a décidé de ne pas indexer les salaires de la fonction publique et parapublique. C’en est donc trop ! Valérie Dittli n’a plus le choix : elle doit démissionner.


Il convient également de rappeler que lundi dernier, dans l’émission Drôle d’époque de la RTS, Valérie Dittli, en réponse au journaliste lui demandant si elle allait démissionner, affirmait : « si c’est le souhait de la plupart de la population, je ne vais pas m’imposer à un endroit où je ne suis pas la bienvenue ». Il est donc temps de montrer à Mme Dittli que la population vaudoise souhaite un retour aux urnes. Ces affaires ne remettent pas en doute son élection, mais bien sa légitimité. Elles nuisent à la crédibilité du Conseil d’Etat vaudois ! Il est donc nécessaire de laisser la population décider de l’avenir de la conseillère d’Etat. En raison de la dégradation du service public causé par ses décisions ainsi que de ses multiples errances fiscales et administratives, Valérie Dittli est désormais un poids pour le Conseil d’Etat vaudois. L’engagement politique au service d’un canton doit être sincère – ce qui, manifestement, n’était pas le cas pour Mme Dittli. La population vaudoise mérite un gouvernement qui la respecte. Ce n'est plus le cas. C’est pour ces raisons que nous lançons cette pétition et que nous affirmons qu’il n’y a qu’une seule solution : la démission ! Lien vers la pétition : https://drive.google.com/file/d/1R-vpPcw9OVFEMuWDfxWB0XRp7p6Fiuql/view?usp=drivesdk




Contacts :


Nicolas Schnorhk

Porte-parole

078 857 18 86





174 vues0 commentaire

Comments


bottom of page