Utøya dix ans après : ni oubli, ni pardon


Image : JS Suisse


Le 22 juillet 2011, l’extrémiste de droite et néonazi Anders Behring Breivik provoquait les attentats les plus meurtriers sur le sol norvégien depuis la Seconde guerre mondiale. Au total, 77 personnes en sont victimes, dont 69 camarades des Jeunes Travaillistes de Norvège, alors en camp d’été sur l’île d’Utøya, à une trentaine de kilomètres à l’ouest d’Oslo. La raison de leur assassinat ? Elles et ils militaient pour un monde plus juste, plus égalitaire, plus social, plus démocratique, plus écologique, anticapitaliste et antiraciste. En ce jour de commémoration des dix ans de ce massacre, nous sommes solidaires avec nos camarades norvégien∙ne∙x∙s et leur famille.


Condamné à perpétuité en 2012, l’auteur des attentats a surtout inspiré toute une génération de fascistes : on pensera, en 2019, à la tuerie de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, et dont l’auteur Brenton Tarrant affirmera avoir contacté Breivik peu de temps auparavant, et aux attentats d’Hanau, en 2020, qui visaient deux bars à chicha. A cela s’ajoutent la multiplication des putschs fascistes tout autour du monde – au Chili, avec des militaires qui appellent à ne pas accepter la victoire de Castillo face à la leader d’extrême droite Fujimori ; en Birmanie, avec le coup d’État militaire qui renverse la démocratie naissante ; aux États-Unis, avec la tentative de prise d’assaut du Capitole et la dénégation de la défaite de Donald Trump ; etc. – et la montée en puissance des partis de droite démagogue et d’extrême droite en Europe au cours des vingt dernières années.


L’extrême droite tue et progresse, y compris en Suisse où des groupuscules néonazis ont été découverts[1][2].


Alors que l'autoritarisme fait mouche même dans les partis de droite modéré, il est de notre devoir, en tant que jeunesse socialiste, et du devoir de notre génération de nous montrer radicalement intransigeant∙e∙x∙s avec l’extrême droite et avec tout risque qu’elle arrive au pouvoir. Nous devons nous battre contre elle : sa violence augmente au fil des décennies. Elle devient plus dangereuse que jamais. Le massacre d’Utøya doit nous rappeler les raisons pour lesquelles nous nous engageons : pour un monde plus juste, plus égalitaire, plus social, plus démocratique, plus écologique, anticapitaliste et antiraciste.



[1] RTS Info (Stéphanie Jaquet / ATS), "Les extrémistes de droite ne se cachent plus en Suisse", https://www.rts.ch/info/suisse/10313258-les-extremistes-de-droite-ne-se-cachent-plus-en-suisse.html, 25 mars 2019, consulté le 22 juillet 2021.

[2] L'Illustré (Antoine Harari), "Plongée dans la fachosphère romande", https://www.illustre.ch/magazine/plongee-fachosphere-romande, 18 janvier 2021 [7 avril 2019], consulté le 22 juillet 2021.

11 vues0 commentaire