La JSV prend position pour les votations de février

13.01.2017

Lors de sa dernière Assemblée Générale, la Jeunesse socialiste vaudoise (JSV) a pris position sur les trois sujets de votation du mois de février. Ses choix de recommandation s’alignent sur ceux du Parti Socialiste Suisse. OUI à la naturalisation facilitée pour la 3e génération, NON au FORTA et NON à la RIE III. Enfin, la JSV soutient également la nouvelle LPPPL au niveau cantonal.

 

La JSV a débattu et discuté des enjeux autour de chaque objet de votation fédérale pour le 12 février prochain. Elle a pris les décisions suivantes ;

 

Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA)

La JSV a accueilli Benoît Gaillard, président du PS Lausanne et Filippo Rivola, coordinateur politique de l’ATE-Vaud pour débattre du fonds routier. Les membres ont pu poser leurs questions et ont décidé à large majorité de rejeter cet objet de votation.

 

« De 1993 à 2013, le coût payé par chaque individu pour les transports publics a augmenté de 30%. Celui des automobilistes, de 10%, et il est en baisse. Est-ce vraiment cela que l’on veut pour l’environnement ; renforcer le trafic routier ? 650 millions de francs proviennent des caisses de la Confédération pour ce fonds ; c’est trop. Pour FAIF, seuls 100 millions venaient de la Confédération, et les utilisateurs du rail ont ressenti une augmentation de 10% du prix du billet. De plus, les projets comme le contournement de Morges ne sont pas pour autant abandonnés si ce fonds est refusé. » explique Romain Pilloud, porte-parole de la JSV

 

Initiative « Marra » pour la naturalisation facilitée des étranger-ère-s de 3e génération

La JSV a accepté à l’unanimité de soutenir cette initiative. Petit pas par petit pas, la Suisse progresse.

 

« Est-ce que l’on peut encore douter de l’intégration d’un étranger-ère de troisième génération ? Une personne née sur territoire suisse connaît aussi bien notre pays, sa culture et tout ce qui l’entoure que n’importe quelle autre personne suisse de son âge. Il est temps de reconnaître la troisième génération comme tout autre citoyen ou citoyenne. » explique Audrey Petoud, membre du comité.

 

Si cette initiative ressort gagnante, la JSV se battra sur d’autres sujets en lien avec l’intégration ; le droit de vote et d’éligibilité des étrangers au niveau cantonal et une meilleure reconnaissance de la seconde génération.

 

Réforme d’imposition des entreprises III (RIE III)

La JSV s’était déjà engagée contre la RIE III « cantonale » en votation mais refuse encore plus nettement la RIE III fédérale, qui met de multiples outils à disposition des grandes entreprises pour diminuer massivement l’impôt sur le bénéfice.

 

« Etant donné que 81% des PME ne paient pas ou très peu d’impôts sur le bénéfice, c’est principalement les grandes entreprises qui sont gagnantes, ainsi que les actionnaires de celles-ci. Les perdants, c’est la classe moyenne et populaire qui vont voir toutes leurs prestations baisser » explique Bertil Munk, membre du Comité

 

La JSV craint en outre le résultat vaudois et craint que les citoyen-ne-s soient dans le flou à cause de la votation précédente sur le compromis fiscal et social.

 

La JSV a également apporté son soutien à la Loi cantonale sur la préservation et la promotion du parc locatif vaudois (LPPPL), afin de protéger les logements de la spéculation immobilière et d’enfin offrir des logements abordables pour les gens qui vivent la crise du logement depuis trop longtemps. Cette loi permettra en outre de démocratiser la gestion du bâtiment en donnant la parole aux locataires quant à des rénovations impactant le loyer. Le droit de préemption pour les communes permettra également à ces dernières de s’impliquer pour le bien commun en lieu et place d’une spéculation ou/et de prix surfaits.


Communiqué de presse au format PDF

 

 

 

Please reload

Derniers articles

October 27, 2019

Please reload

Archive
Please reload

Recherche par sujet
Contact

Jeunesse socialiste vaudoise

Place Chauderon 5

CH-1003 Lausanne

@ info@jsv.ch

☎ 078 891 39 41 (Camille Robert, porte-parole)